Accueil Maison Immobilier Saint-Nazaire : Après la mort d'un homme dans un incendie, la gestion...

Saint-Nazaire : Après la mort d’un homme dans un incendie, la gestion de l’immeuble pointée du doigt

DRAME : Un incendie a fait un mort et un blessé grave ce mardi matin à Saint-Nazaire

Le bilan, toujours provisoire, est lourd. Ce mardi matin, une personne est décédée et une autre au moins a été grièvement blessée après qu’elles se sont défenestrées d’un immeuble de Saint-Nazaire. Vers 6 heures 30, un violent incendie s’est en effet déclaré au deuxième étage de ce bâtiment d’habitations. Une centaine de sapeurs-pompiers et 55 engins, au plus fort de l’intervention, ont réussi à circonscrire les flammes, quatre heures plus tard.

Ce mardi après-midi, alors qu’une enquête est en cours et que l’émotion est vive dans le quartier, la gestion de cet immeuble privé de la rue de Pornichet, une ancienne boucherie composée de 15 appartements, est pointée du doigt. « Je suis à la fois triste et en colère », a réagi David Samzun. Car selon le maire (PS) de Saint-Nazaire, plusieurs procédures ont déjà été engagées dans le passé à l’encontre du propriétaire, « afin de faire respecter la réglementation en matière de salubrité et de sécurité publique à l’intérieur de cet immeuble ».

Incivilités, suroccupation…

Depuis 2017, le propriétaire, qui a été mis en garde à vue ce mardi, aurait été enjoint de réaliser différents travaux, notamment après un arrêté préfectoral après un constat d’insalubrité « pour l’ensemble des logements ». Il y a quelques mois, un procès-verbal de mise en demeure lui avait aussi été adressé pour effectuer diverses opérations, une mise en sécurisation de l’installation électrique notamment, ce qui avait été fait selon la mairie. Les services municipaux avaient aussi dû intervenir à la suite d’une situation d’accumulation de déchets dans un logement.

« Les mesures prises par la ville et un signalement en juin n’ont pour autant pas pu empêcher cette catastrophe et je le regrette avec force », poursuit David Samzun. Cet immeuble, qui proposait des studios meublés, était aussi déjà connu des autorités et du voisinage pour des problèmes d’incivilité, de suroccupation, de trafic ou de nuisances. Ce midi, la préfecture indiquait étudier les solutions de relogement pour ses occupants.

Des riverains avaient écrit à la procureure

Une enquête pour « homicide involontaire » et « blessures involontaires » a été confiée à la police judiciaire, a annoncé la procureure de Saint-Nazaire, Sylvie Canovas-Lagarde. Des auditions de témoins, riverains et occupants de l’immeuble « sont en cours » mais les recherches d’éventuelles autres victimes ont été interrompues, a-t-elle précisé en fin de journée.

Mais début juillet, une trentaine de riverains avaient adressé un courrier à la procureure de Saint-Nazaire dans lequel ils s’inquiétaient du « drame potentiel que pourrait engendrer un incendie dans cet immeuble » où « misère et délinquance », notamment liée à la drogue, « se côtoient ».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here