Accueil Maison Immobilier Paca : Le préfet évoque « une situation préoccupante » en matière...

Paca : Le préfet évoque « une situation préoccupante » en matière de construction de logements sociaux

IMMOBILIER Sur les 12.000 logements sociaux prévus en 2022, seuls 8.500 ont été construits dans la région alors que 34 communes des Bouches-du-Rhône ne respectent toujours pas leur quota

  • La région connaît un déficit de construction de logements sociaux.
  • Les objectifs de constructions ne sont pas atteints alors que de nombreuses communes ne respectent toujours pas la loi SRU.
    • Une situation qui inquiète en préfecture.

Pas évident de se loger en Paca, et particulièrement dans la métropole d’Aix-Marseille. Et lorsqu’il s’agit de trouver un logement social, cela peut relever du parcours du combattant. Une situation qui interpelle le préfet de région, Christophe Mirmand. « L’effort de construction de logements sociaux n’est pas au rendez-vous avec un tiers de réalisation de moins par rapport aux objectifs. Sur les 12.000 nouveaux logements prévus, seuls 8.500 ont été créés », a-t-il regretté. Il a décrit ensuite une « situation préoccupante et tendue, notamment pour les trois départements littoraux de la région ».

Et si l’adoption prochaine du Programme local de l’habitat par la métropole d’Aix-Marseille peut laisser présager un léger mieux à venir pour cet espace, la région compte aussi ses mauvais joueurs. Trente-quatre villes sont toujours considérées comme carencées au regard de la loi SRU qui prévoit de disposer d’au moins 25 % de logements (pour les communes de 3.500 habitants ou plus, appartenant à des agglomérations de plus de 50.000 habitants, comprenant au moins une commune de plus de 15.000 habitants).

Mauvais joueurs mais bons payeurs, car ces carences sont soumises à amende « prélèvement », en langage inter-administration. La coquette ville d’Eguilles (8.000 habitants et limitrophe d’Aix-en-Provence) par exemple, ne compte que 5 % de logements sociaux et a réglé pour 2021 une douloureuse de 424.000 euros pour cela. Plus à l’est dans la région, la situation n’est pas plus reluisante, avec, selon Nice Matin, 83 communes carencées dans les Alpes-Maritimes (dont Antibes, Cannes, Mandelieu, Villeneuve-Loubet…). Autant de communes que le préfet Mirmand ne souhaite pas accabler. « Il y a des communes asservies par les risques industriels ou d’inondation. Il nous faut faire un effort de pédagogie et d’accompagnement », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here